Création Lumiere

Marine Berthomé

 
 
Bob Wilson écrit :

« Sans lumière, il n’y a pas d’espace, un éclairage structuré

architecturalement fonctionne comme un acteur ».

J’estime à l’instar de ce grand maître de la lumière que les éclairages constituent le révélateur même des autres corporations qui constituent l’existence d’une pièce de théâtre, d’une chorégraphie,d’une proposition scénique…

La lumière sculpte le corps de l’interprète, le décor, révèle à l’œil le travail de recherche esthétique du scénographe, du costumier, du maquilleur…  Sans elle, l’acte théâtral ne serait que sonore.

Si elle fonctionne comme un acteur, à mon sens, elle est plus encore un partenaire privilégié.


Ombre et Lumière :

Si la lumière occupe une place prépondérante dans ce qu’elle donne à voir, il me semble qu’elle ne doit pas tout dévoiler.

Dans ma démarche d’éclairagiste, je tends vers ce paradoxe de mettre en image tout en contrôlant ce que je ne désire pas faire apparaître. Mettre en lumière ne signifie pas tout éclairer, la partie obscure a son existence en soi et doit être aussi signifiante que les parties éclairées.

En ce sens, j’accorde une grande importance au choix des sources et à leur emplacement. Dans le prolongement de cette démarche, mon travail de recherche colorimétrique complète la vision globale esthétique que le metteur en scène recherche et je peux tel un peintre, après avoir sculpté l’espace, travailler ma palette de couleurs (noir et blanc compris).


Couleurs :

La couleur si on s’y intéresse de près s’inscrit dans l’histoire de l’humanité, d’un point de vue social, technique et culturel. Travailler les couleurs c’est inscrire l’espace scénique dans un temps donné, insuffler de manière inconsciente, le plus souvent, un repère que l’on peut abstraire d’une réalité tangible.


Rythme :

Je dis souvent que la lumière doit respirer avec l’interprète (comédien, danseur…) elle doit accompagner son évolution. En installant une atmosphère on s’inscrit dans le Temps, la lumière par sa ponctuation peut contrebalancer un événement ou encore s’accorder à lui par de micro-variations.

Telle est notre gageure, ajuster notre vision à un ensemble, être un partenaire qui sait se faire oublier, qui accompagne, qui insuffle vie en donnant à voir les mots, les images.

Marine Berthomé

 

Ma démarche

Mon Parcours

De formation littéraire, j’ai éprouvé et appris auprès de nombreux éclairagistes l’art de sculpter l’espace et les corps avant de parfaire ma vision et mon savoir-faire auprès du CFPTS, en suivant une formation spécifique aux éclairagistes.

J’occupe tour à tour ou cumule les postes de régisseuse générale , éclairagiste et régisseuse lumière.

Le théâtre est mon terrain de prédilection, mais aussi la danse (Catherine Dreyfus, Julie Dossavi, X. Compagnie), la chanson française (Laurent Soffiati, Bonzom trio), le théâtre de rue (Les Souffleurs, commandos poétiques, Acidu, théâtre du Voyage Intérieur, Deuxième Groupe d’Intervention), la marionnette, le théâtre gestuel, (Cie MMO),  l'opéra, la musique contemporaine, le jazz, ou encore des expositions d'art contemporain et des tournages vidéos.

Je collabore avec de nombreuses compagnies et des lieux prestigieux comme l'Opéra de Paris, le théâtre des Bouffes du Nord, le théâtre de la Colline, la Grande Halle de la Villette, Théâtre Ouvert…

Très attachée aux mots et aux univers visuels, j’ai notamment éclairé le travail de recherche  de Ximena Walerstein, du Théâtre de la Mezzanine, de Laurent Colomb, d’Éric Didry et Frédéric Sonntag, et plus récemment Claudio Basilio.

J’ai obtenu le titre de Directrice Technique  suite à ma formation à l’ISTS d’Avignon en avril 2007 et suivi plus récemment un formation en régie vidéo (2012).

TraceS